Wiki Age of Empires
Advertisement
Civilisation Arbre des technologies Stratégie

Les Huns sont une civilisation d'Europe centrale introduite avec Age of Empires II: The Conquerors inspiré des tribus hunniques qui envahirent l'Europe sous la direction d'Attila le Hun, au cours des dernières années de l'Empire romain. Ils se spécialisent dans la cavalerie, avec un accent sur les ruées en début de partie.

Caractéristiques[]

Unité unique[]

  • Tarkan: Unité de cavalerie qui excelle dans la destruction des structures défensives.

Technologies uniques[]

  • Maraudeurs: Permet la création de Tarkans dans les écuries.
  • Athéisme: Ajoute 100 ans aux décomptes de victoire des merveilles et des reliques et réduit la génération de ressources par les reliques pour les ennemis de 50 %.

Bonus de civilisation[]

Bonus d'équipe[]

  • Les écuries travaillent 20 % plus vite.

Aperçu[]

Cette section a besoin d'être développé . Vous pouvez aider en y contribuant.

Liste des changements[]

The Conquerors[]

  • Les Tarkans non-élites ont 90 points de vie et 7 d'attaque.
  • Les Tarkans ont 2 d'armure de perçage (3 pour les Tarkans d'élite).

The Forgotten[]

  • La réduction sur les archers de cavalerie a été diminuée (25 % (âge des châteaux)/30 % (âge impérial) → 15 %/25 % moins cher).
  • Galion à canon retiré de l'arbre des technologies.
  • Grue à poulie supprimée de l'arbre des technologies.
  • Les Tarkans non-élites ont désormais 100 points de vie et 8 d'attaque.

The African Kingdoms[]

  • La réduction sur les archers de cavalerie a été diminuée de 5 % (15 % (âge des châteaux)/25 % (âge impérial) → 10 %/20 % moins cher).
  • Le coût en nourriture des maraudeurs est remplacé par un coût en bois inférieur (500 nourriture → 300 bois).
  • Avec le patch 4.8 :
    • Archières a été supprimé de l'arbre des technologies.
    • Les Tarkans (d'élite) ont une armure de base +1 (2(3) → 3(4)).

Definitive Edition[]

  • Avec la mise à jour 37650, Ravitaillements a été supprimé de leur arbre technologique.

Lords of the West[]

  • Avec la mise à jour 44725, la réduction du coût de la technologie Espions/Trahison d'Athéisme a été supprimée et remplacée par une génération de ressources réduite de 50 % pour les reliques ennemies.

Dynasties of India[]

  • Avec la mise à jour 81058, le coût en or de l'Athéisme a été remplacé par un coût en bois inférieur (500 or → 300 bois).

Return of Rome[]

  • Le dromon est ajouté à l'arbre des technologies.

The Mountain Royals[]

  • Les Huns commencent désormais avec un cheval de reconnaissance unique sur des cartes de style nomade une fois leur premier forum construit.

Représentation dans les campagnes[]

Les Huns sont la civilisation du joueur dans la campagne d'Attila le Hun. Dans la version co-op, ils sont également jouables en tant que deuxième joueur dans tous les scénarios sauf le cinquième. Ils sont également jouables dans la version co-op du premier scénario de la campagne d'Alaric. Ils apparaissent également dans :

Attila le Hun[]

Cette campagne se joue avec les Huns.

  • Le fléau de Dieu
    • Les Huns de Bléda - Allié → Ennemi
  • Les champs Catalauniques
    • Alains (civilisation : Alains) - Ennemi

Alaric[]

Dans le Definitive Edition:

  • La bataille du Frigidus
    • Général Stilicon* - Allié

Batailles des Oubliés[]

  • Bukhara
    • Pilleurs huns - Ennemi
  • Honfoglalás (HD Edition)
    • Bulgares - Ennemi
  • Honfoglalás (Definitive Edition)
    • Avars - Ennemi

Dialogues[]

Dans le jeu, les unités bulgares parlent la même langue que les Mongols. On ne sait pas quelle langue parlaient les Huns, et les quelques mots « hunniques » enregistrés semblent provenir du gothique. Le choix d'utiliser les dialogues mongols pour les Huns est probablement basé sur les descriptions historiques des Huns par des écrivains tels que Jordanès et Priscus, qui suggèrent une origine asiatique du Nord-Est.

Un certain nombre de linguistes pensent que le hunnique appartiendrait aux langues turques, car leurs recherches montrent que certains noms hunniques peuvent être d'origine turque. De plus, il est suggéré que la langue bulgare serait dérivée du hunnique. Outre l'origine turque, d'autres hypothèses pour la classification hunnique sont l'indo-européen, le yénisien, l'ouralique et un isolat linguistique.

On sait peu de choses sur la langue hunnique : seulement trois sont mots attestés, vraisemblablement empruntés aux sujets indo-européens des Huns, deux pour des boissons alcoolisées, medos (cf. polonais : miód « hydromel » < proto-slave *mȇdu̯), kamos (cf. péonien : kamon « bière d'orge »), et un désignant « fête funéraire », strava (cf. polonais strawa « repas » < proto-slave *su̯trava).

Villageois
  • Тiim üü ? (Тийм үү ? / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠦᠦ ?) - Oui ?
  • Amar mend üü ? (Амар мэнд үү ? / ᠠᠮᠤᠷ ᠮᠡᠨᠳᠦ ᠦᠦ ?) - Tout va bien ?
  • Belen baina (Бэлэн байна / ᠪᠡᠯᠡᠨ ᠪᠠᠶᠢᠨ᠎ᠠ) - Je suis prêt
  • Zakhir (Захир / ᠵᠠᠬᠢᠷ) - Commandez
  • Za za (За за / ᠵᠠ ᠵᠠ) - D'accord
  • Tiim ee (Тийм ээ / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠡ) - Oui / Bien sûr
  • Züitei (Зүйтэй / ᠵᠦᠢᠲᠡᠢ) - Correct (littéralement : « Approprié, juste »)
  • Bi bolgoyo (Би болгоё) - Laisse-moi le faire (littéralement : « Laisse-moi le faire devenir », causal de болох bolokh)
  • Barilgachin (Барилгачин / ᠪᠠᠷᠢᠯᠭᠠᠴᠢᠨ) - Constructeur (prononcé mal comme barilagchin)
  • Modchin (Модчин / ᠮᠣᠳᠤᠴᠢᠨ) - Bûcheron (de мод mod - « bois »)
  • Khödöö aj akhuin erkhlegch (Хөдөө аж ахуйн эрхлэгч / ᠬᠥᠳᠡᠭᠡ ᠠᠵᠤ ᠠᠬᠤᠢ ᠶᠢᠨ ᠡᠷᠬᠢᠯᠡᠭᠴᠢ) - Directeur agricole (étrange traduction de « fermier », qui serait тариачин tariachin ou encore фэрмэр fermer ; remarquez que les Mongols n'ont jamais véritablement pratiqué l'agriculture jusqu'à une époque très récente)
  • Zagaschin (Загасчин / ᠵᠢᠭᠠᠰᠤᠴᠢᠨ) - Pêcheur (de загас zagas - « poisson »)
  • Amitan tejeegch (Амьтан тэжээгч / ᠠᠮᠢᠲᠠᠨ ᠲᠡᠵᠢᠭᠡᠭᠴᠢ) - Éleveur d'animaux (littéralement : « nourrisseur d'animaux » plus correct serait [амьтан] үржүүлэгч [amitan] ürjüülegch)
  • Anchin (Анчин / ᠠᠩᠴᠢᠨ) - Chasseur
  • Uurhaichin (Уурхайчин / ᠠᠭᠤᠷᠬᠠᠶᠢᠴᠢᠨ) - Mineur (de уурхай uurkhai - « mine »)
  • Zasvarchin (Засварчин / ᠵᠠᠰᠠᠪᠤᠷᠢᠴᠢᠨ) - Réparateur
Militaires
  • Тiim üü ? (Тийм үү ? / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠦᠦ ?) - Oui ?
  • Belen (Бэлэн / ᠪᠡᠯᠡᠨ) - Prêt
  • Tushaal sons (Тушаал сонс / ᠲᠤᠰᠢᠶᠠᠯ ᠰᠣᠨᠤᠰ) - Écoutez la commande ! (Traduction étrange ; comme il s'agit d'un impératif, il semble que ce soit le soldat qui dit au joueur d'écouter un ordre - ou peut-être qu'il demande à ses camarades d'écouter)
  • Medlee, güitsetgiye (Мэдлээ, гүйцэтгье / ᠮᠡᠳᠡᠯ᠎ᠡ᠂ ᠭᠦᠢᠴᠡᠳᠭᠡᠢ) - Compris, réalisons-le (la prononciation courante de ces formes en -ье -ye est -ий iy)
  • Güitsetgiye (Гүйцэтгье / ᠭᠦᠢᠴᠡᠳᠭᠡᠢ) - Je [le] ferai
  • Тiim ? (Тийм ? / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ?) - Oui ?
  • Uragshaa davshaad ! (Урагшаа давшаад !) - Chargez en avant ! (avec emphase) / Avancez !
  • Baildaand ! (Байлдаанд ! / ᠪᠠᠶᠢᠯᠳᠤᠭᠠᠨ ᠳᠤ !) - À la bataille !
  • Medlee, güitsetgiye (Мэдлээ, гүйцэтгье / ᠮᠡᠳᠡᠯ᠎ᠡ᠂ ᠭᠦᠢᠴᠡᠳᠭᠡᠢ) - Compris, réalisons-le
  • Khurailan davsh (Хурайлан давш ! / ᠬᠤᠷᠤᠶᠢᠯ(?) ᠨ ᠳ(?) ᠪᠰᠢ!) - Avancez avec un « hourra ! » (- хурай khurai, onomatopée)
Moine
  • Bolgoson uu ? (Болгосон уу ? / ᠪᠣᠯᠭᠠᠭᠰᠠ ᠦᠦ ?) - C'est fait? (« L'avez-vous/je/quelqu'un l'a-t-il fait » ?)
  • Amar baina üü ? (Амар байна үү ? / ᠠᠮᠤᠷ ᠪᠠᠶᠢᠨ᠎ᠠ ᠦᠦ ?) - Tout va bien ?
  • Soyorkh"yo (Соёрxъё) - Je vais consentir
  • Surgaal sons (Сургаал сонс / ᠰᠤᠷᠭᠠᠯ ᠰᠣᠨᠤᠰ) - Écoutez la doctrine
  • Tiim ee (Тийм ээ / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠡ) - Oui / Bien sûr
  • Bolgoyo (Болгоё) - Laisse moi faire
  • Za züitei (За зүйтэй / ᠵᠠ ᠵᠦᠢᠲᠡᠢ) - Oui, correct (littéralement : « Approprié, juste »)
  • Bi bolgoyo (Би болгоё) - Laisse-moi le faire
Roi
  • Тiim üü ? (Тийм үү ? / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠦᠦ ?) - Oui ?
  • Amar mend üü ? (Амар мэнд үү ? / ᠠᠮᠤᠷ ᠮᠡᠨᠳᠦ ᠦᠦ ?) - Tout va bien ?
  • Belen baina (Бэлэн байна / ᠪᠡᠯᠡᠨ ᠪᠠᠶᠢᠨ᠎ᠠ) - Je suis prêt
  • Aildvar sons (Айлдвар сонс / ᠠᠶᠢᠯᠠᠳᠪᠤᠷᠢ ᠰᠣᠨᠤᠰ) - Écoutez [mes] paroles (comme le soldat et le moine, c'est le roi qui s'adresse au joueur, et non l'inverse !)
  • Za (За / ᠵᠠ) - D'accord (paraît condescendant)
  • Tiim ee (Тийм ээ / ᠲᠡᠶᠢᠮᠦ ᠡ) - Oui / Bien sûr
  • Züi (Зүй / ᠵᠦᠢ) - C'est juste (littéralement : « légitime »)
  • Bi bolgoyo (Би болгоё) - Laisse-moi le faire

Noms des joueurs IA[]

Lorsqu'il joue à un jeu d'escarmouche contre l'ordinateur, le joueur peut rencontrer l'un des personnages IA huns suivants :

  • Attila le Hun
  • Balamber le Hun
  • Bléda le Hun
  • Dengitzic le Hun
  • Ellac le Hun
  • Ernakh le Hun
  • Karaton le Hun
  • Mundzuk le Hun
  • Octar le Hun
  • Onegesius le Hun
  • Ruga le Hun
  • Uldin le Hun

Histoire[]

Les Huns étaient un peuple nomade originaire de la Mongolie, en Asie centrale, qui commença à migrer vers l'ouest au IIIème siècle, probablement en raison de changements climatiques. Il s'agissait d'un peuple de cavaliers, adepte des batailles montées à l'aide de lances ou d'arcs. Accompagnés de leurs familles et de grands troupeaux de chevaux et d'animaux domestiqués, ils émigrèrent à la recherche de nouvelles prairies où s'installer. Grâce à leurs talents militaires et leur discipline, ils écrasèrent irrésistiblement leurs ennemis, les obligeant à se déplacer vers d'autres territoires. Ils provoquèrent une vague d'émigration massive, les autres peuples préférant fuir avant de croiser leur route. Cet effet d'entraînement de populations toucha l'invincible Constantinople et l'Empire romain d'Orient pour s'étendre jusqu'au Danube et au Rhin, avant de causer la fin de l'Empire romain d'Occident vers 476.
Histoire Huns

Ayant trouvé des territoires à leur convenance, les Huns s'installèrent dans les plaines hongroises d'Europe de l'Est, établissant leurs quartiers généraux dans la ville de Szeged sur la Tisza. Ils avaient besoin de grands pâturages pour leurs chevaux et leurs animaux. Depuis ces plaines, les Huns contrôlaient, à travers des alliances ou des conquêtes, un empire s'étendant des montagnes de l'Oural en Russie jusqu'au Rhône en France.

Les Huns étaient de grands cavaliers entraînés dès le plus jeune âge. On leur attribue l'invention de l'étrier, essentiel pour accroître la puissance d'un cavalier chargeant avec une lance. Ils inspiraient la terreur à leurs ennemis en raison de la vitesse à laquelle ils pouvaient se déplacer, changeant de monture plusieurs fois par jour pour conserver leur avantage. Leur deuxième atout était leur arc composite recourbé, nettement supérieur aux armes utilisées à l'ouest. Debout sur leurs étriers, ils pouvaient tirer vers l'avant, les côtés et l'arrière. Leurs tactiques se caractérisaient par l'effet de surprise, les attaques éclair et la terreur qui s'ensuivait. Leur armée se composait de cavalerie légère et leur structure politique nécessitait un dirigeant fort pour les centrer sur leurs objectifs.

La puissance des Huns atteignit son apogée sous la domination d'Attila, qui devint leur chef en 433, et entama une série d'attaques au sud de la Russie et en Perse. Il porta ensuite son attention sur les Balkans, où il causa une terreur et un chaos tels en l'espace de deux raids, qu'un tribut lui fut versé en échange de son départ. Il se tourna vers l'Empire romain d'Occident en 450, traversant le Rhin au nord de Mayence avec environ 100 000 guerriers. Avançant sur un front de plus de 150 kilomètres, il saccagea la plupart des villes de la région correspondant à l'actuel nord de la France. Le général romain Aetius leva une armée gallo-romaine pour faire face à Attila, qui assiégeait alors la ville d'Orléans. Attila subit une défaite durant la bataille de Châlons sans être pour autant anéanti.

La défaite de Châlons est considérée comme l'une des batailles les plus décisives de l'histoire, car elle aurait pu signifier l'effondrement de la religion chrétienne en Europe de l'Ouest et, peut-être, la domination de cette région par les peuples asiatiques.

Attila envahit ensuite l'Italie, à la recherche de nouveaux butins. À son arrivée, les habitants se réfugièrent sur les îles littorales pour fonder, selon la tradition, la ville de Venise. Les forces romaines étaient diminuées et le plus gros de l'armée était toujours en Gaule, mais les Huns étaient eux aussi affaiblis par leurs incessantes campagnes, la maladie et la famine qui touchait l'Italie. Lors d'une rencontre capitale avec le pape Léon Ier, Attila accepta de se retirer.

L'empire des Huns se désintégra à la suite de la mort d'Attila en 453, aucun leader n'étant capable de le maintenir uni. Les peuples soumis se révoltèrent et des factions s'opposèrent pour prendre le pouvoir. Ils succombèrent finalement à une vague de nouveaux envahisseurs, dont les Avars, pour disparaître définitivement de l'histoire.
—section histoire des Huns dans Age of Empires II

Anectodes[]

  • Avant d'être réintroduits dans The Conquerors, les Huns apparaissent dans le scénario La venue des Huns de Age of Empires: The Rise of Rome, représenté par la civilisation hittite, puis par la civilisation yamato dans Age of Empires: Definitive Edition.
  • L'icône de civilisation des Huns et l'image de l'interface utilisateur n'ont aucune base historique, car les Huns ont été complètement effacés de l'histoire et on sait peu de leur culture.
  • Au cours du développement de The Conquerors, les Hongrois (avec les Huns même, les Suisses, les Slaves et les Habsbourg) étaient considérés comme une nouvelle civilisation représentant l'Europe de l'Est. Cependant, l'équipe d'Ensemble Studios a finalement choisi les Huns parce qu'ils ont été impressionnés par l'histoire d'Attila et que les Hongrois médiévaux sont moins célèbres que les Huns.
  • La merveille des Huns, l'arc de Constantin, a été construite par l'empereur romain Constantin Ier un siècle avant l'arrivée des Huns en Europe. Son apparition dans le jeu symbolise la menace que les Huns représentaient pour Rome (bien qu'ils n'aient jamais capturé la ville elle-même).
  • Bien qu'ils soient une civilisation originaire des steppes et qui ont continué leur mode de vie nomade tout au long de leur existence, les Huns n'ont pas accès aux lanciers des steppes.
  • Les Huns du jeu possèdent la lignée de chevalier complète, même si les Huns alignaient historiquement principalement de la cavalerie légère, car ils tennaient beaucoup à la mobilité.
  • La mécanique des Huns consistant à commencer avec leur limite de population au maximum, sans avoir besoin de construire d'habitations et avec une forte concentration sur la cavalerie peut être comparée à d'autres civilisations nomades dans les futurs jeux de la série, à savoir les Sioux dans Age of Empires III: The WarChiefs, et les Mongols dans Age of Empires IV.
  • Bien que leur technologie unique soit appelée Athéisme, les Huns étaient vraisemblablement religieux, car ils partageaient probablement avec les Mongols, les Hongrois préchrétiens, les Bulgares, les Turcs préislamiques et les Coumans, le culte de Tengri, une religion commune dans les steppes eurasiennes. Cependant, la description de la technologie dans le jeu parle d'un désintérêt pour la religion organisée, ainsi que d'un manque de respect pour les traditions des peuples qu'ils ont rencontrés, plutôt que d'un déni pur et simple de l'existence de dieux.
    • Malgré le culte de Tengri, le monastère hunnique a l'apparence d'une église catholique. Cela est dû au fait qu'ils utilisent le style architectural d'Europe centrale.
  • Leur arbre des technologies est similaire à celui des Hongrois. Comme les Hongrois, les Huns ont à la fois des paladins et des archers de cavalerie de premier plan, qui peuvent compenser la plupart des faiblesses de chacun lorsqu'ils sont alliés.
  • Bien qu'il s'agisse d’une civilisation probablement originaire des steppes d'Asie centrale, les Huns n'ont pas l’architecture d'Asie centrale.
  • Les Huns sont la seule civilisation d'Europe centrale capable de rechercher Bague de pouce. Ils sont également la seule civilisation d'Europe centrale ayant accès aux Tactiques parthes.
  • On ne sait pas pourquoi les Huns bénéficient d'un bonus de civilisation qui renforce les trébuchets : le type de trébuchet le plus sophistiqué, le trébuchet à contrepoids, a été développé au haut Moyen Âge, plusieurs siècles après la disparition des Huns. Cependant, le type de trébuchet le plus primitif, le trébuchet à traction, a été développé en Chine avant le Moyen Âge européen et importé vers l'ouest par les Avars à la fin du VIe siècle après JC. Il est donc possible que les Huns du jeu représentent également les Avars, une civilisation nomade distincte dont on sait peu de choses (tout comme les Huns).
    • En effet, les Huns représentent les Avars dans la version Definitive Edition du scénario Honfoglalás.
  • Les Huns et les Goths partagent des similitudes tant au niveau des bonus que des thèmes. Historiquement, les deux groupes ont été impliqués dans la chute de l'Empire romain d'Occident et en étaient les contemporains. Dans le jeu, les unités uniques des deux civilisations ont une armure de perçage élevée et excellent dans la destruction de bâtiments, elles ont chacune un bonus qui réduit une unité de base (archers de cavalerie pour les Huns et infanterie pour les Goths), un bonus bénéficiant à leur capacité de population, une bonus d'équipe qui font que leurs écuries et leurs casernes fonctionnent respectivement 20 % plus rapidement et disposent en outre de technologies uniques (Maraudeurs et Anarchie) qui permettent la création de leurs unités uniques dans ces bâtiments respectifs.

Galerie[]

Notes[]

  1. Cela signifie que leur précision contre les unités est augmentée de 15 % à 50 %.
Advertisement