Wiki Age of Empires
Advertisement
Wiki Age of Empires

Civilisation spécialisée dans les Archers.

Symbole :

Etiopiens.png

Bonus de Civilisation[]

  • Les Archers tirent 17,6% plus rapidement
  • +100 nourriture et +100 or en passant un Age supérieur
  • L'amélioration des Lanciers en Piquiers est gratuite

Bonus d'Equipe[]

Unité Unique[]

Technologies Uniques[]

Arbre de Technologies[]

Caserne / Camp de Tir à l'Arc / Ecurie[]

Caserne - Camps de Tir à l'Arc - Ecurie-1597912959.png

Forge / Atelier de Siège / Port[]

Atelier de Siège - Forge - Port-1597913015.png

Université / Tours / Château[]

Université - Défense - Chateau-1597913048.png

Monastère / Habitation / Forum / Merveille[]

Monastere - Maison - Forum - Merveille-1597913079.png

Camp de Mineur / Camp de Bûcheron / Moulin / Marché[]

Marché - Camp de mineur - Camp de bucheron - Moulin-1597913116.png

Histoire[]

Les Éthiopiens (à partir de 100)

L'Éthiopie fut mentionnée pour la première fois vers 1200 avant JC dans l'Iliade, l'épopée grecque, même si le terme faisait référence à l'ensemble de la région au sud de l'Égypte. À partir du IVe siècle après JC, on utilisait le mot "Éthiopie" pour désigner plus particulièrement le royaume d'Aksoum et les États qui lui succédèrent, alors situés dans ce que l'on appelle aujourd'hui l'Érythrée et le nord de l'Éthiopie. Le Livre d'Aksoum, un recueil de documents historiques datant du XVe siècle, explique cette connotation avec Ityopp'is, fils du Koush biblique et fondateur légendaire de la cité d'Aksoum.

Le royaume d'Aksoum (100 - 940 après JC) fut une puissance navale et commerciale majeure. Situé à l'embouchure de la mer Rouge, l'empire prospéra grâce à sa position centrale dans le réseau maritime entre l'Empire romain, l'Inde et l'Arabie. Le port d'Adulis était un carrefour commercial international pour la soie, le verre, l'or et l'ivoire. Bien que les éléphants devinssent une espèce en voie d'extinction dans la région, on en comptait de nombreux troupeaux au Moyen Âge ; l'exportation de l'ivoire était donc considérable. Les affaires commerciales de l'Aksoum étaient à la fois la motivation principale et la source des campagnes militaires : à partir du IIIe siècle, le royaume envoya régulièrement des expéditions vers la péninsule Arabique et au IVe siècle, le roi Ezana conquit le royaume voisin de Koush. L'Éthiopie fut une des plus grandes puissances mondiales de l'époque, juste derrière Rome, la Perse et la Chine.

À l'origine, les Aksoumites pratiquaient une religion polythéiste. Ils érigèrent de majestueux monuments funéraires, dont les plus remarquables sont d'immenses tombes et stèles (pouvant atteindre jusqu'à 33 mètres). Sous le règne du roi Ezana, Aksoum adopta le Christianisme, qui demeura la religion de l'État tout au long du Moyen Âge. Néanmoins, les Juifs comme les Musulmans étaient tolérés dans toute la région. En 615 après JC, l'Éthiopie accueillit même certains des premiers partisans du prophète Mahomet et entretint des relations globalement bonnes avec les puissances islamiques jusqu'au XVIe siècle.

Le déclin de l'empire aksoumite fut un processus lent qui commença au VIIIe siècle en raison de plusieurs facteurs. Tout d'abord, l'émergence des États islamiques dans la péninsule Arabique et en Afrique du Nord marqua la fin de la domination d'Aksoum sur le commerce de la mer Rouge. Ensuite, le changement climatique et la déforestation firent chuter leur rendement agricole. Enfin, une guerre civile vers 940 après JC affaiblit le royaume, ce qui permit à la reine Gudit de tuer le dernier roi aksoumite. Les historiens ne s'accordent toujours pas à dire si la reine devrait être considérée ou non comme la fondatrice de la dynastie des Zagwés (940 - 1270 après JC) ou si le royaume ne fut établi qu'après que Mara Takla Haymanot ait renversé les descendants de cette dernière en 1137 après JC. De la même manière, l'histoire ultérieure des Zagwés demeure enveloppée de mystère.

Les sources portant sur l'État successeur de la dynastie des Zagwés sont plus courantes. En 1270 après JC, Yekouno Amlak, un noble local, remit en cause la légitimité du roi actuel et s'empara du trône, fondant ainsi la dynastie salomonide qui survécut pendant des siècles. Grâce à des expéditions militaires et des réformes administratives, l'empereur Amda Seyon (1314 - 1344 après JC) parvint à consolider la puissance de la dynastie et étendit largement le territoire éthiopien. Comme pour le royaume aksoumite, l'armée éthiopienne était principalement constituée d'archers et d'unités d'infanterie équipées de lances et d'épées. L'arme la plus caractéristique était peut-être la Shotel, une épée courbe utilisée pour faire tomber les cavaliers de leur chevaux ou pour contourner les boucliers.

À la fin du Moyen Âge, la dynastie salomonide, entourée d'États islamiques, chercha à entrer en contact avec les royaumes européens. Après l'échec des croisades, l'Europe était à la recherche d'alliés chrétiens. En poursuivant la légende du prêtre Jean, un riche roi chrétien qui aurait régné à l'est, une expédition portugaise atteignit l'Éthiopie en 1490 après JC. Cette rencontre s'avéra extrêmement importante, puisque le sultanat de l'Adal envahit et conquit la majeure partie de l'Éthiopie quarante ans plus tard. En réponse, l'empereur Dawit II demanda l'aide des Portugais, qui envoyèrent 400 mousquetaires. Ensemble, ils parvinrent à repousser l'envahisseur, et la dynastie salomonide resta au pouvoir jusqu'à la fin du XXe siècle.